THE ADVENTURES OF THE UNICORN (a suite more, forcefully)

je troues je peces je parais 7

lac Léman 2015

the unicorn lifted its head

the fairy was cought between high lights of understanding and vast veils of darkness trying still to grab at its shining heart to rob the graces shimmering, not so as to finally SEE, but as to feed off as the ignorants had always done, the unicorn leading a way through darkness to the ever and ever same spot of existence, here and now

the darkness it had opened with its clear thought opened up to the lights of eternity and what once had been a cutting edge to walk upon had become an ocean of radiant lights in loving arms called waters full of memories

its bride came too and vomited the black sands of sorrow, all hellish and of sufferings filled in endless plagues, like dark currents her husband took and brought to shine as lotus flowers and he smiled at her

the Lord shone on her and washed her tears, the female raised the blue light of her heart into her darkened eyes and gazed unto her husband « Have we now really gone so far, have we yet arrived my husband ? » Joy was in the unicorn’s chest boiling as his bounty was in her, shimmering in her still blinded eyes « Are you sure my dear of what you did to me ? Are we safe now finally freed from danger ? »

« the dakest worlds are there only to be lightened » he answered in a chuckle

shimmering in its eyes the unicorn beheld the vastness of the universe full of the benevolent beings filled by Love, their intimate loves building the cohesion of the all

but the darkness followed them filled with memories of knives and cruel rapes, still it tried to avoid to lighten itself, but to eat the lights growing there unstoppable in consciousness, blind and deaf and full of the insects blind seeks of the shining hearts, pushing from below to greet the Father’s return and descent on all beings, « Peace be to  the honest ones !! The unicorn as an angel shouted in the midst of pure white clouds and living winds. brought back to their eternal nature, their sicknesses healed in seven pillars.

the non-aligned men were crushed in between these enormous forces, the smile of the eternal father they would not see, still raping the innocent ones to steal their spirit’s lights every day shining the more, in their fury to rape the living joy of these that had nurrished their patience and humility now for so long, walking the path of the heart to assemble their spirit in the water drop where all their constructive deeds would now await

their wondrous joys the unicorns tried to keep from utter plundering of greed, the void vampires seeking for their vital energy that is your spirit assembled in yourself, but they had always plagued and raped the unicorns to feed from them and they ran now far from theat descending greed and would cut them off from them, too long had they been plagued and they had nourished them with kind goodness and constant urge to keep, because the children still were children and their goodwill stood for them, but now they had become the adult beings he had so dearly wished they would become one day, if now they were unwilling « so let it be » he said and washed away some tear, more important were the tears of joy.

his bride would do anything to uphold the great bounty of the lord in all hearts and joy would make the whales sing far out in seas, the world was taking off the old mantel of all hells it had so long bathed in endless sorrows, endless parodies the meated ones had played with ease

and the unicorn spoke aloud turning his gaze to all little ones that hoped and prayed the Lord for the end of plagues

« Behold, for this is only the beginning !! »

finished he had his latest song, through dark milleniums and blood drowned centuries it had uplifted hearts and minds, now the winds and stars and birds would sing eternal waters to the waking children of blue earth

the female unicorn said suddenly while marching to his side « Have you done all of this my Love ? I was sooo sick and now i heal, where before the darkness dwelled now is radiant light »

« We do not yet exist, we first must die one last time »responded the husband in the strangest glee

« Come on my dear, he said, the children wait and open up their hearts in praise, do not be afraid anymore my wonderful, you now know that death does not exist »

.

LES AVENTURES DE LA LICORNE

(encore une suite, forcément)

je troues je peces je parais 7

lac Léman 2015

la licorne souleva sa tête

la créature magique était prise entre des hautes lumières de la compréhension et de vastes manteaux d’obscurité qui tentaient encore d’agripper son coeur brillant des graces chatoyantes. pas pour mieux voir, pas du tout, mais pour se nourrir comme tous les ignorants avaient toujours fait, la licorne guidant sur un chemin qui menait toujours au même endroit, ici et maintenant.

Les obscurités que la licorne avait déchirées de sa pensée claire s’ouvraient maintenant vers les lumières éternelles, ce qui avait été une lame de rasoir sur laquelle garder son équilibre était devenu un immense océan de lumières irradiantes appelées EAU pleine des mémoires.

La fiancée de la licorne arriva aussi et elle vomit les sables noirs des tristesses abyssales, toutes infernales et emplies des plaies éternelles. comme des courants sombres la licorne lui prit et les fit briller en fleurs de lotus colorées et il lui sourit.

Le Père brilla sur elle et lui lava ses larmes, la femelle alors fit monter la lumière bleue de son coeur dans ses yeux obscurcis et elle questionna son époux « Sommes-nous vraiment arrivés ? Sommes-nous vraiment allés si loin ? » La joie boullait dans la poitrine de la licorne mâle de voir sa bonté rayonner librement dans ses yeux encore endoloris « Es-tu sûr de ce que tu me fis ? Sommes-nous finalement sauvés et libérés du danger ? »

« Les mondes les plus obscurs sont faits pour être éclairés » lui répondit-il en rigolant

Brillant dans son regard la licorne contemplait l’immensité de l’univers, emplie de toutes ses créatures dont les coeurs forgés plein d’Amour Roi construisaient la cohésion.

Mais les ténèbres les pourchassaient remplies elles des mémoires de longs couteaux et de viols cruels, elles tentaient de piller les lumières grandissantes pour mieux s’en électer et les engouffrer dans un crime après crimes, elles puisaient ainsi dans les inarrêtables prises de conscience, aveugles et sourdes elles pourchassaient, pleines des insectes qui eux pourchassaient les lumières pour enfin les recevoir mais ne sachant comment, alors les licornes leur donnaient et les insectes s’apaisaient et redescendaient sous terre affolés « le maître de maison est là !! Amour Roi !! Amour Roi !! ». Les lumières des bons coeurs encore obscurs, mais pas moins enclins à recevoir le bontés éternelles, appelés à monter des abysses pour saluer le retour du Père et sa lente descente sur les êtres. « La paix soit sur les aom de bonne volonté !! » Lança la licorne comme un ange au milieu de nuages blancs et de vents radieux, ramenés à leur nature étenelle, leurs maladies guéries dans les sept piliers.

Les humanoïdes non-alignés aux beautés radieuses, n’ayant jamais marché le chemin du bon coeur, étaient pris entre ces forces énormes, le sourire du Père ils ne le voyaient pas, violant toujours l’esprit des innocents, leur volant les lumières tous les jours brillant d’avantage, dans leur rage de piller la joie de ceux qui avaient nourri leur patience et leur humilité durant les cycles, marchant courageusement le chemin du coeur pour assembler leur esprit jusqu’à leur goutte d’eau où attendaient tous leurs actes constructifs et les êtres merveilleux qu’ils avaient su soigner.

De leur immense joie les licornes coupaient les voracités avides, trop longtemps avaient-ils souffert des vampires pourchassant ainsi l’énergie vitale qui EST l’esprit assemblé. toujours les licornes avaient-elles été violées et pillées ainsi et elles les avaient nourris de douces bontés et habitées par l’urgence de préserver, car les enfants étaient encore enfants et la bonne volonté des licornes avait existé pour eux, mais ils étaient devenus les adultes qu’elles avaient toujours espéré pour eux, les ayant armés pour être de vrais aom debout, les êtres cosmiques où le Père voulait tant les amener, si maintenant d’autres étaient réfractaires « alors laissons cela » dit-il en essuyant une larme, les larmes de joie étaient la direction à prendre sur leur route.

Son épouse faisait tout pour garder la bonté infinie du Seigneur dans les coeurs et la joie de son époux faisait chanter les baleines dans les profondeurs des océans, le monde enlevait son manteau des vieux enfers où il avait baigné dans les souffrances sans fin, des parodies sans fin que les viandeux avaient toujours joué avec grande hilarité.

et la licorne parla en tournant son regard vers les petits qui espéraient et priaient pour la fin des douleurs.

« Observez, car ceci n’est que le début !! »

Il avait terminé son dernier chant, au-travers des millénaires obscurs et des centuries noyées dans le sang, il avait toujours relevé les coeurs et réhaussé les esprits. maintenant les étoiles, les vents et les oiseaux chanteraient aux enfants éveillés sur la planète bleue, sa voix mêlée aux courants des eaux éternelles.

La licorne femelle vint tout près de lui et dit « Mais as-tu vraiment fait tout cela ? J’étais si malade et maintennt je guéris, là où était l’ombre les lumières ont surgi »

« Nous n’existons pas encore, d’abord il faut mourir une dernière fois » son époux lui répondait avec une étrange jubilation

« Viens ma si chérie, les enfants attendent et ouvrent leurs coeurs en louanges, n’aie plus peur désormais ma merveilleuse, tu sais maintenant que la mort n’existe pas »

~ par bubbledom - Ea sur juillet 19, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :