la ruse du diable – Adam et Eve

la ruse du diable est de faire croire qu’il n’existe pas… c’est bien vrais… de plus comme ils sont nombreux les diables, leur ruse encore plus sournoise serait bien de se camoufler derrière un seul…

surtout un qui aime la vérité par-dessus tout. Quelle meilleure cachette ? Comment être au plus près du bouc émissaire ? Voilà bien pourquoi le bouc est un symbole du mal, le pauvre, il n’avait rien demandé, ni d’être un symbole de quoi que ce soit, il était bouc, bref.

Quelle plus folle entreprise cependant ? Cela deviait très bioen fonctionner jusqu’au jour où cet amant-là s’éveille, car alors il comprend qui le torture.

Et vous savez pourquoi il l’aime la vérité ? Pour une raison très simple, elle seule nourrit son esprit.

Mais il est temps de mettre les points sur les i.

« L’homme » a reçu et avec lui la femme en quintuple, toutes les tares et les culpabilités dont on pouvait l’affubler.

Faisons un paralelle de cette histoire que tant ont malheureusement gobé dans des terreurs mystiques sans nom.

Adam et Eve, sont placés dans un jardin où un arbre fruitier leur est interdit, la pomme, pour être précis, notez au passage que pour des peuples nordiques en automne, hormis les champignons et les noix la pomme va cruellement manquer si on l’interdit, ce n’est sans doute pas un hasard quand on s’apperçoit que certains ont toujours tout fait pour apauvrir et fragiliser les aom.

Leur dieu qui les place là n’est donc pas très gentil puisqu’il aurait aussi bien pu ne pas placer d’arbre interdit dans le jardin. Passons. Il aime les tester, à l’infini il semblerait.

Il les menace d’ailleurs de graves représailles s’ils devaient manger de ce fruit qui donne la connaissance du bien et du mal… là, étrangement, une certaine logique s’insère, le fruit de la connaissance du bien et du mal ne peut que provenir du jugement, c’est donc le jugement qui fait chuter. Cela s’avère parfaitement vrais. On ne fait pas avaler des orties aux gamins sans y mettre un peu de sel. Masi pourquoi la treizième tribu se donne-t-elle le droit s^de s’appeler Dan – les juges ? Fourberie ? Forcement.

Et puis la bête, l’Adam velu et Eve aux rondeurs tentatrices, dont les appêtits sexuels se marient assez facilement avec la chasse au fruit défendu… une élucubration, excuses…

mais j’essaie de suivre la ligne de pensée qui émane de cette glorieuse histoire puisqu’elle fut recopiée des millions de fois par des gens ne sachant pas lire. Pour y déceler sa logique, car franchement, pour dire que c’est une histoire tellement répandue…

Si les moines copieurs ne savaient très souvent ni lire ni écrire et recopiaient les écritures comme on recopie un dessin. C’est un fait. Passons encore.

Adam et Eve trébuchent donc. Les voici fautifs et nus. Avant ils ne le savaient pas, ils étaient donc des singes et se mettent à culpabiliser… Voici que les gentils anges du ciel se muent tout à coup en d’affreux porteurs de glaive et chassent illico-presto Adam et Eve les pauvres, hors de l’idyllique jardin alors qu’ils se lamentent déjà, les anges n’ont donc aucune pitié… pour le moins étrange et qui nous renvoie aux textes dits apocryphes et l’apocalypse d’Edras où les anges sont de vrais démons punissant dans les géoles de l’enfer.

Pourquoi seule la mésopotamie se voit gratifiée de cette somptueuse abondance du jardin d’Eden reste un complet mystère. mais les voies de Dieu sont impénétrables. Déjà se demande-t-on s’il ne vaut pas mieux retourner à sa playstation.

Etrange dieu, étranges anges tout de même, c’est la constatation la plus basique qu’on puisse faire de cette « histoire ».

On peut assez aisément l’assimiler aux contes de la crypte… ou aux délires superbes d’un Lovecraft ou pire… d’un Stephen King.

Pourvu que ça fasse frémir.

mais l’amour de Dieu on comprend pas bien. la terreur ira si loin dans la réelle histoire cette fois-ci, que « le fruit de la connaissance du bien et du mal » deviendra carrément toute notion de connaissance serait assimilée à la chute… du jardin.

Nous étions des êtres angéliques, nous les saints hommes et à cause de ce misérable Adam et du péché horrible de la trop belle Eve qui n’est qu’une côte cassée nou sommes aujourd’hui des babouins poilus… je suis donc littéralement et fidèlement le récit fourni et les raisonnements logiques que l’on peut en tirer… l’aom ne sait plus du tout qui il est puisque d’un côté son premier exemplaire de lui-même est un fauteur, sa première moitié une aguicheuse… pire… on occulte encore la sulfureuse Lilith… version carabinée d’Inannah… mais j’outrepasse la lecture srcupuleuse que je voulais faire de ce cartoon… euh.. excusez, de cette merveilleuse et enchanteresse naissance de l’humanité.

Bon ok j’arrêtes là. Pourtant Lilith… nononon Constantin a dit qu’on l’effaçait aussi. Bon ok, j’arrêtes.

Pour aujourd’hui. Car ici on va me traiter de staniste puisque j’ose gratouiller le saint texte…

je proteste !! je ne fais qu’essayer de le comprendre.

… bref…

Un tel récit incompréhensible ne peut que nous « prendre la tête » et nous apparaitre come l’origine de l’humanité si nous n’avons pas d’autre version plus probante et puisque le déluge à mis sous-marines les grandes villes qui peuplaient la terre et que des bombes atomiques ont dévasté Palenque et Angkor Vath et toute la mésopotamie… ce n’est pas notre futur que nous mirons dans l’apocalypse de St.jean, mais le passé, mais bien notre passé, ces faits sont physiques, non pas écrits, ils sont devant nous… Palenque ne fut pas construite par les mayas aussi peu que Tenochtitlan par les aztèques. Et aucun des vivants d’aujourd’hui ne se souvient qui peuplait ces mégapoles.

Je fais le tour de la planète alors qu’on était tranquillement assis au super jardin des espérides— ah non… c’était un autre jardin… non plus les suspendus… la mémoire des puits aériens aussi a été suspendue tiens…

on n’en finit pas de corriger l’histoire parce que la nouvelle version est juste parfaitement concomitante avec les éléments précédant babylone et sa guerre ingrate à toute raison en faveur d’un outre-tombe qui est regardé partout ailleurs comme une cruelle aberration.

Et la mystification des esprits qui croient dans leur éternité astrale ont encore un tout petit peu de temps pour se décider à rejoindre l’entretien de la vie afin que la vie redevienne agréable au lieu d’un pensum dont on se réjouit tranquillement de la fin.

A quand la révolte ? jamais ? Quand vos enfants mourront devant vos yeux ? Yen a même un qui a réfléchi sérieuement s’il allait défendre la vie de son fils si celui-ci était attaqué.

je lui ai fais remarquer que la mystification de tendre l’autre joue est allé si loin qu’elle nous a complètement désarmé et que la vie doit être défendue !!!

On peut tendre l’autre joue pour soi, dailleurs c’est bien la seule chose à faire si l’on souhaite qu’un agresseur reprenne ses sens, ne pas les perdre soi-même. mais nos enfants nous devons les protéger et la vie doit être défendue !!!

et puis non, le mal n’équivat pas au bien, pas du tout. les facteurs maladifs sont nommés très exactement et très justement appelés ignorance, souffrance, convoitise, jalousie, démesure, ruse et malice, cruauté et désespoir.

Ils sont les germes de toute maladie, c’est vrais. Et leur remèdes sont conséquents, appelés les sept notes de la gamme et les sept couleurs, Amour, Joie, Humilité, Maitrise de soi, Honnêteté, Bonté et Vérité.

Voici donc les remèdes les plus apropriés et les deux versants ne sont pas identiques, les forces harmoniques se passent aisément des germ
es de maladie, exactement comme une vérité n’a vraiment pas besoin d’un mensonge pour se justifier.

Tandis qu’un mensonge n’existe pas sans une vérité. Tout comme l’ancien testament reprens mot à mot les récits sumériens, mais y colle des personages fictifs et réinvente toute l’histoire.

Quel effort stupide.

Et la lune et le soleil font partie de la vérité, comme la main gauche et la droite, le jour et la nuit, le mensonge est comme un être en dehors de la vie, pas incarné, qui nie tout ce qui existe et qui est à chaque seconde que nous vivons un prodige.

Simplement parce qu’il ne pourrait aussi bien n’y avoir rien.

La mystification fut le grand oeuvre des anges déchus pour maintenir l’humanité sous leur joug cruel et que dans leur caractère insensé tout retourne au rien n’est pas étonant et on s’étonne moins de l’hystérie qui amène à détruire son lieu de vie, sa planète nourricière en ricanant.

mais les images de la bible sont empruntées à un autre récit.

Très intéressant par ailleurs qu’on puisse mettre autant de temps avant de s’y intéresser, les pistes étant soigneusement balisées AUTOUR des textes sumériens.

Mais le chrsit connaissait la seule vérité qui vaille vraiment la peine d’être dite:

-Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé.

C’est bien le noyau de la chrétienté, tout ce qui se tient en-dehors de cette phrase n’est pas chrétien. Vous voulez imposer ? Quoi que ce soit ? u nom de Dieu en plus ? Vous n’êtes pas chrétien, vous n’aimez pa, vous n’appliquez pas la confiance minimale qui est due aux utres afin qu’ils puissent respirer.

Vous savez… les mensonges rendent tout tellement complexe que la vérité nous apparait si difficile à discerner.

Mais ce n’est pas le cas, la vérité est simple, archi-simple.

Pour vivre il faut se nourrir, pour se nourrir il faut soigner la vie, pour soigner la vie il faut aimer les êtres. C’est la voie des anciens, toute la planète est pétrie de ce sens de l’entretien de la vie, chez toutes les cératures elles aiment se soigner et veiller les unes sur les autres.

Si on se refuse à une telle simplicité, si on ne peut pas se contenter de la largeur inouïe qui est offerte dans ce cadre immense de l’univers grandiose ni de la générosité incommensurable des vivants qui tous souffrent, mais qui soignent quand même, quand ils sont dignes, leur sensibilité à la souffrance d’autrui en plus de soigner les êtres autour d’eux, si on est capable de leur tourner le dos ou de s’acharner contre eux… alors vraiment la civilisation a cessé d’exister et il faut alors le regarder en face très clairement et voir la bestialité qui se profile sous les aspects les plus réjouissants du circus maximus clignotant.

Après tout, l’humanité est adulte maintenant. Quoique l’adulation d’Oblabla ne confirme pas cette affirmation, il n’en reste néanmoins que comme l’adolescent, l’humanité ne choisit pas son âge, elle le vit, et son adolescence insouciante et ignorante vis-à-vis des autres êtres doit trouver un terme.

Il est minuit.

~ par bubbledom - Ea sur mai 31, 2009.

2 Réponses to “la ruse du diable – Adam et Eve”

  1. Pourquoi la Mésopotamie ?

    Parce qu’il est possible que le premier patriarche, Noé, ait été Sumérien, et, pour le peuple égyptien, un Hyksos … eh oui ! ça surprend

    Mais cela correspond magnifiquement à ce que l’on apprend dans la Bible …

    (J’espère que tu sauveras ton blog, parce que j’aimerais beaucoup te lire et te relire)

    J'aime

  2. « Adam et Eve, sont placés dans un jardin où un arbre fruitier leur est interdit, la pomme, pour être précis, notez au passage que pour des peuples nordiques en automne, hormis les champignons et les noix »

    j’ai lu que le fruit défendu serait en fait le champignon Amanita muscaria , la forme arrondie et la couleur rouge sont réinterprété en une pomme rouge

    champignon utilisé dans des rituels chamaniques pour forcer l’ouverture de l’arche sur le plan spirituel

    les substances psychotropes/hallucinogènes sont interdites par l’église (i.e des humains qui veulent contrôler d’autres humains) , pour empêcher les consciences de s’éveiller

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :