steak-tartare et oliviers

Israel-palestine… match infernal No 56’325’987’098’274’653

regardons bien un tableau, il a de nombreuses couches.

La première qui est le dessin, le croquis de base qui permet de définir les contours de chaque élément du tableau, puis couche par couche viennent s’y ajouter des ombrages, des couleurs. Pour un tableau à l’huile des anciens maîtres on pouvait compter jusqu’à 500 couches différentes avec parfois des premières couches n’ayant plus rien à voir avec le tableau final. C’est ce qui se passe en palestine ou en israel vu qu’on ne sait jamais comment les appeler ni de quelle couche on parle.

Est-ce celle des frontières à respecter des différents traités de paix chaque fois bafoués de part et d’autre ? Sont-ce les heureux monts du sinaï qui firent pousser le buisson ardent jusqu’à ce que Moïse le découvre ? Sont-ce les tribus hébreuses hagardes marchant dans des déserts mythologiques montant au nord et d’autres juifs venant du nord Kazarien ? Sont-ce les couches sumériennes qu’il faut aller découvrir pour s’appercevoir que l’ancien testament est une réécriture savante d’un autre tetxte déjà écrit ? Assez pratique somme toute, couche très intéressante pour la psyché de hommes. Est-ce la couche des immigrants de 1967 ? Est-ce l’intreminable cristalisation de la haine fraternelle entre Arafat et Sharon ?

Tout dépend toujours de notre regard, on dit celà même d’un atôme, on ne peut l’observer que parce qu’on l’observe sinon il est comme étalé dans l’espace. lol

je n’ai pourtant pas envie de rire

bref vous voyez où je veux en venir

la couche qui nous intéresse c’est comment peut-on justifier aujourd’hui d’exploser des immeubles entiers avec familles dedans en croyant se protéger ?

voilà une couche essentielle qui concerne directement les vivants d’aujourd’hui. parce que je sais pas pour vous mais la plupart je crois sont comme moi, ils ne vivent pas pour la troisième génération après eux, mais pour eux et leurs enfants et de manière très immédiate.

Alors moi je dis foin des textes justificateurs induits par on ne sait qui tant il y en a eu et des falsifications de textes anciens qu’on triture plus qu’un chewing gum et dont on tire des lois barbares ensuite pour justifier de soifs de violence… qu’on tord dans tous les sens parce qu’il est sensé être sacré, qu’on brandit, qu’on laisse comme ultime et unique MOT DIVIN devant lequel il faut se courber pour obtenir les grâces d’un dieu aussi vengeur que terrifiant parce que ses mots sont ceux d’un démon venu du ciel sumérien, prononcées longtemps avant que les fondements des pyramides ne furent dessinées dans un désert valloné,

La couche qui nous intéresse aujourd’hui est celle d’aujourd’hui, car il faut des couches à un tableau comme il faut des jours à l’histoire.

Aujourd’hui, combien de millions d’habitants dans cette région ? A Gaza ? A JErusalem ? A Hebron ? En Cisjordanie ? Pourquoi on s’attaque à Al-Qods ? Comment peut-on imagner déloger des millions de personnes ? La question s’adressant évidemment de part et d’autre de la haine fraternelle qui étrangle ces peuples dans la peur de l’autre.

Et ne me dites pas que dans cette couche d’aujourd’hui vous n’avez pas peur les israeliens parce qu’alors vous vous amputez de l’UNIQUE argument à tenir en compte pour masacrer à Gaza !!

Donc. Comment vouloir déplacer toute la population israelienne ailleurs ? Cette question s’adressant à ceux qui voudraient revenir à avant la création d’Is Rah el. Ce qui va effectivement chercher loin… tant de couches jusqu’à Amenhotep qui se vit drapé d’un costume biblique hollywoodien et qu’on surnomma Abraham, alors hein… passionant. Bref.

Comment vouloir la disparition pure et simple de millions d’habitants palestiniens ? Qui même si il y a trois mille ans n’avaient pas d’ancêtres à cet endroit y sont aujourd’hui et depuis tant de générations qu’ils ne sauraient se qualifier autrement.Il faut bien prendre les choses là où elles sont maintenant et non vouloir les élonguer jusqu’à perpète les haricots,

L’instant est court et intense et tandis que nous discourons des vies sont enlevées au nom du droit au sol. Au nom d’une guerre qui dépasse ses protagonistes, une guerre infâme qui ne peut que s’amplifier si on lui laisse libre cours et qui est en train de ruiner toute l’économie très savamment, les tenants des planches à billets étant toujours complètement à l’écart des soucis basiques qu’ils imposent à leurs administrés comme les anunakis sumériens tiens, ou les dieux du ciel dogonais ou encore les géants aux dents rangées des mayas servant eux de plat principal.

Que faire avec cette dernière couche d’habitants qui tant bien que mal cohabitent un espace, une région qu’ils le veuillent ou non ? trop dense la population alors on l’explose ? Voilà assez reptilien en effet, pragmatique… et aussi froid et pisseux que mon congélateur.

Ou chercher à créer des terrains d’entente et de discussion autour des thèmes qui font frémir dans les textes ou quels que soient les problèmes et PARTAGER L’ESPACE ET LES RESSOURCES D’EGAL A EGAL ?

Une vision hiérarchisée évidemment empêche toute approche d’une telle plateforme d’entente.

Une nouvelle couche quoi qu’il faudrait arriver à dessiner de part et d’autre.

Mais s’il vous plait… pas en gommant au fur et à mesure les couches précédentes, car aucun tableau ne peut aboutir de cette manière. Ni pour décider de ne pas faire de tableau du tout parce que ce choix ne nous est (peut-être malheureusement) pas donné.

Mais nous avons l’opportunité constante de dessiner nos rapports avec les autres, n’est-ce pas ?

Et puisque nous parlons ici de vivants sensibles, de vieillards, d’hommes, de femmes et d’enfants qui se regardent haineux et douloureux de part et d’autres d’une ligne marquée encore par d’autres… Continuer dans une spirale de haine qui assure à chaque génération une perte d’utilisation cervicale simplement parce que constamment préoccupée par sa simple survie …

En termes de santé on appelle ça la parano, mais bon… on peut comprendre… je crois que je devriendrais parano aussi si les mecs du village d’à côté hurlaient tout le temps qu’ils veulent me jeter à la mer… quoique le lac soit moins profond…

mais je ne suis pas certain que la méthode utilisée par Israel pour se soigner soit la bonne.

Si je tirais des obus sur le village d’à côté, parce que j’entends des voix, je pourrais être CERTAIN que TOUT le village voudrait ma mort, non ? Alors ?

Alors il faut bien devenir raisonable un jour. Parce que si on ne veut pas devenir raisonable alors autant se jeter directement d’une falaise dans la mer, Dois-je me jeter dans le lac parce que d’autres voudraient ma mort ? Nous pouvons les rassurer… elle viendra de toute façon un jour.

Et ainsi en est-il de tous nos empires et de nos civilisations toutes plus monstrueuses les unes que les autres, toutes plus glorieuses les unes que les autres, toutes plus vaillantes et ayant apporté des prodiges en leur sein, toutes offrant des qualités très utiles aux autres et il est bon de se mettre à égalité parce que sinon le sol-même de la terre devient abstrait et je pense que marcher d’un podium à l’autre n’est sans doute pas très pratique pour soigner des oliviers.

Nous touchons là une couche très intéressante le voyez-vous ?

L’olivier n’est-il pas la principale ressource de la région ?

Le sol lui-même ne vous parle-t-il donc pas ?

L’olivier, symbole de paix s
il en est, pourrait vous faire travailler ensemble dans les campagnes plutôt que de les confondre avec les déserts de l’arizona ou celui des (steak-)tartares.

Qu’en pensez-vous ?

~ par bubbledom - Ea sur janvier 6, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :