les chroniques de la licorne II

alors voici. La licorne courait, elle voyait bien que la réalité devant elle ne ressemblait plus àce qu’elle était, la voilà emplie de tout et de rien… de certains esprits qu’elle aurait préféré ignorer mais qui ne lui laissaient aucun répit… où qu’elle galope là voilà en prise avec des pensées obscures, inédites et inconnues, d’une violence inouïe… alors la licorne faisait de son mieux pour comprendre ce qui l’agressait ainsi. Au début elle se dit « des démons ! » et elle leur envoyait des éclairs de Zeus sur la tronche ou les explosait dans de mirifiques arc-en-ciels… mais rien n’y faisait… quand elle coupait une tête il en poussait quatre… l’hydre des ténèbres se multipliait dans la violence contre elle… alors la licorne se demanda si c’étaient des extraterrestres avec lesquels les pauvres aoms devaient cohabiter. Alors elle observa encore attentivement l’effet de cette « cohabitation » dont ces esprits venaient lui vanter maintenant un partenariat de tous temps. La licorne alors s’éleva en colère et dit « mais j’aime bien moi connaître mes partenaires et non devoir les découvrir malgré moi » ce qui ne ravit pas du tout les dits esprits habitués à la marche serpentine et non aux éclats de vérité qui les éblouissaient autant qu’ils en avaient peur, toujours mettaient-ils tout en oeuvre pour déformer et retourner ces vérités dans la mélasse opaque de la confusion mentale des pauvres aom. Nous disons pauvres car tant qu’ils étaient persuadés de leur maîtrise de leur être plus ces esprits s’en donnaient à coeur joie et utilisaient sans vergogne leur bonne volonté… surtout quand ils voulaient alléger l’atmosphère avec des blagues usuelles et devant être rigolotes ils devenaient les outils-mêmes de ces esprits qui leur faisaient dire des mots qui iraient comme des couteaux à quelqu’un les entendant autour, mais l’orateur, occupé à se demander comment mieux apparaître à la foule, ne s’en rendait plus rarement compte.

Voici, la licorne sombrait sous les coups de butoir … elle fermait son coeur comme un animal apeuré avec ce bon vieux réflexe millénaire, mais les coups redoublaient d’efforts… alors la licorne un jour s’écroula de fatigue et dit aux esprits « bon… alors achevez-moi donc s’il n’y a que ça pour vous plaire » et elle s’offrit en holocauste… et là… ô grand mystère des mystères ineffables… tout se taisait et se posait dans un calme remarquable. – Quel est ce mystère se demanda-t-elle… et puis elle comprit le secret bien gardé de l’organisation de l’ombre qui maintenaît les esprits dans la peur du grand jugement divin à venir… tous ces esprits avaient soif de délivrance et voyaient son coeur comme une porte… ils souhaitaient le passage de la rédemption dans le coeur du vivant, mais ils n’osaient pas y entrer de peur d’y être punis par le dieu vengeur fantasmé par leurs ancêtres. Cette nouvelle compréhension ravit la licorne au plus haut point et elle s’exclama: – Voyez ! Quel grande chose ! Venez alors ! Venez de toutes parts et faisons la fête, allez donc à la rédemption car le père ne juge pas ses créatures, tout n’est qu’apport pour la conscience… retournez au coeur pour votre rédemption ! Il lui semblait parfois qu’une langue de feu lui sortait de la bouche quand elle se trouvait confrontée à de sottises érigées en grandes vérités, de ce phrases qui plus on essaie de les comprendre plus on devient perplexe, la marque de fabrique même du mensonge. L’amour ne juge pas, voilà ce qu’il en est du jugement, car la miséricorde et la bonté du vivant bien aimé ne se laissent pas enfermer dans des pensées humaines… la bonté ! Préservez votre bonté c’est tout ce qui compte ! disait-elle encore sans relâche.

Elle ne savait pas d’où provenaient ces incursions, ces échapées-belles qui passaient parfois comme un souffle au-travers des espaces… c’était l’esprit de vérité qui soufflait sur le monde et la licorne galopait et chantait: Voyez, voyez mes chers… voyez il vient, il arrive, l’axe galactique est bientôt atteint !

Mais la sourde moitié du monde faisait rage.

~ par bubbledom - Ea sur janvier 6, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :